Recherche   Articles  Analyses  Calendrier    
 
 
GaïaPresse - Le portail de nouvelles sur l'environnement au Québec
AccueilLiensDevenir membreFaire un donPartenairesA propos de GaiaPresseAnnoncer sur ce siteContact
Javascript DHTML Drop Down Menu Powered by dhtml-menu-builder.com
 
 
Dossier spécial

La consommation collaborative à l’honneur lors de la 3e Journée de réflexion sur la consommation responsable

Numéro 11, lundi 8 mars 2013


Ce mardi 9 avril 2013, à la Maison du développement durable,  l’Observatoire de la consommation responsable présentera la 3e Journée de réflexion sur la consommation responsable. Pour cette troisième édition, chercheurs et professionnels discuteront de l’obsolescence des produits et des pratiques permettant de limiter le phénomène (recyclage, réutilisation/seconde vie des produits et consommation collaborative) : « En finir avec l’obsolescence des produits : donnons-leur une seconde vie et devenons des consommateurs collaboratifs ! ».

 

La troisième et dernière partie de l’événement sera consacrée au phénomène émergent ici au Québec, mais en forte croissance aux États-Unis et en France, par exemple, de la consommation collaborative. Pour résumer, la consommation collaborative est « un nouveau système de redistribution des biens matériels et immatériels, où les échanges se font de façon horizontale et décentralisée entre particuliers. » (Antonin Léonard, créateur du portail collaboratif consommationcollaborative.com).

 

La consommation collaborative ou l’économie du partage font aujourd’hui la une de nombreux magazines dans le monde. En 2011, Time Magazine a identifié la consommation collaborative comme une des 10 idées qui vont changer le monde. Tout récemment, le 9 mars 2013, The Economist consacrait la « une » au phénomène « Peer-to-peer rental – The rise of the sharing economy ». Même le magazine Forbes présentait en couverture, lors du numéro du 11 février 2013, la progression de l’économie du partage.

 

 

Phénomène de mode lié à la crise ou tendance de fond ? Selon Neal Gorenflo, fondateur et rédacteur du magazine Shareable. « On se rend compte que ce mouvement n’est pas qu’une tendance passagère. Les publications se multiplient, les consultants commencent à s’intéresser au phénomène, les politiques envisagent de nouvelles lois pour favoriser le développement de cette économie du partage, les startups font des levées fonds impressionnantes : tout converge pour nous faire dire qu’une nouvelle économie est vraiment en train d’émerger. »

 

 

La consommation collaborative : qu’est-ce-que c’est exactement ?

Rachel Botsman et Roo Rogers, auteurs du livre pour l’instant de base du phénomène de la consommation collaborative, « What’s mine is yours – The rise of collaborative consumption » (2010), et fondateurs de la plate-forme Web « collaborative consumption », expliquent que la consommation collaborative correspond au fait de prêter, louer, donner, échanger des objets via les technologies et les communautés de pairs. Il s’agit donc d’un « nouveau-ancien » modèle économique dans lequel l’usage domine sur la propriété identifiable aujourd’hui à la croissance rapide des anciennes méthodes de partage, de troc et de prêts entre personnes.

 

 

La consommation collaborative repose sur trois systèmes :

  • Systèmes qui transforment les produits en services, c’est-à-dire l’accès au service : usager paye pour utiliser un produit sans avoir besoin de l’acheter (économie de fonctionnalité) – ex. autopartage, vélos en livre-service, location. L’accès au service permet de prolonger le cycle de vie du produit;
  • Systèmes de redistribution : organisent le passage de biens d’une personne les possédant à une personne les recherchant – ex. plateformes d’échanges, de troc ou de don;
  • Styles de vie collaboratifs : regroupent les formules de partage de ressources immatérielles entre particuliers : espace, temps, argent, compétence. Exemples : couchsurfing, coworking, crédits entre particuliers ou achats groupés.

Ainsi, présentement la consommation collaborative est en train de modifier profondément les manière de faire des affaires et de réinventer à la fois la façon dont la société consomme et ce qu’elle consomme.

 

 

La consommation collaborative prend une ampleur considérable en France

Selon l’Observatoire Société et Consommation (ObSoCo), pour 83% des Français, l’important c’est de pouvoir utiliser un produit plutôt que de le posséder. 52% des Français auraient d’ailleurs déjà pratiqué la consommation collaborative (cf. l’étude L’Observatoire des consommations émergentes, 2012).  Le phénomène est donc particulièrement important en France, et la plupart des études le démontrent. D’après l’étude d’Illigo « Les urbains et la consommation collaborative », plus de 87% des urbains estiment que cette forme de consommation se développera au cours des prochaines années. Le dernier Baromètre d’Ethicity « Les Français et la consommation responsable » (2013) soulève que de plus en plus de Français acceptent ces nouveaux modes d’échanges pour des produits à usage peu fréquent : ex. outils de bricolage et de jardinage (75%); ustensiles de cuisine (51%); vêtements (39%).

 

En France, la croissance de la demande pour ces nouveaux modes de consommation fait augmenter de manière importante l’offre de plateformes de pairs à pairs. Le site consommationcollaborative.com et le collectif OuiShare ont déjà identifié plus de 100 sites de consommation collaborative touchant la plupart des secteurs : alimentation, location/revente/don/échange/troc/envoie de biens matériels, transport, voyages, accessoires et cadeaux, location d’équipement pour enfants, finance collaborative, échange/troc de services, habitat, coworking et partage de bureaux, recyclage, partage de gestes et idées écologiques. Et le phénomène ne faiblit pas, toutes les semaines ou presque se crée une nouvelle plateforme de consommation collaborative.

 

Et au Québec, où en-est la consommation collaborative ?

Au Québec, présentement l’offre de plateformes de consommation collaborative est assez faible. On retrouve notamment des sites classiques de ventes de produits (ex. Kijiji, eBay) sur lesquels de plus en plus de consommateurs donnent et/ou échangent des produits et services.

Il y a aussi des nouveaux concepts comme, par exemple, Rentable.net, fondé en 2012 par deux jeunes étudiants de l’École des sciences de la gestion de l’UQAM, Maxime-Olivier Eyoum Jong et Simon Dion Carter. Rentable.net est un site de location entre particuliers mais aussi entre entreprises.

On retrouve bien entendu les plateformes liés au transport comme Amigoexpress, Allostop, Bixi ou Communauto. Le secteur de la mode s’est également développé via des plateformes telles Buysophere (2011) et l’originale Déshabillet toi de The Sweap Team. Finalement, le partage de bureaux est possible via Ecto (Espace coopératif de travail) et Station C.

Est-ce que le phénomène de la consommation collaborative intéresse les Québécois ? D’après nos études au Québec (cf. Baromètre 2012 de la consommation responsable au Québec) et en Ontario (cf. Ontario Responsible Consumption 2012), on se rend compte que la consommation collaborative s’avère pratiquée, en particulier le partage de voiture (34.8% en Ontario vs. 31.2% au Québec) et le partage de services entre particuliers (35.2% en Ontario vs. 22.3% au Québec). Une chose est certaine, le phénomène est beaucoup plus fort en Ontario qu’au Québec !

 

Vous voulez en savoir plus sur les Québécois et les Ontariens face à la consommation responsable ? Lors de la Chronique 12 de la consommation responsable (le lundi 22 avril 2013), nous dévoilerons les profils des consommateurs collaboratifs au Québec et en Ontario et reviendront sur les moments forts de la 3e Journée de réflexion sur la consommation responsable. À suivre !

 


 

Les auteurs

Josiane Lévesque (candidate à la M.Sc marketing, ESG-UQÀM), assistante de recherche à l’Observatoire de la consommation responsable.
Fabien Durif(PhD, professeur à l’ESG-UQÀM), directeur de l’Observatoire de la consommation responsable.

 

 

 

 

 
 
 

 

 

 
 

 

 

 
 
VISA MASTERCARD DESJARDINS

 

  À propos de GaiaPresse Accueil L'actualité Analyses Dossiers spéciaux Salle de presse Opinions Calendrier Multimédias Notre boutique Liens Partenaires Contact Annoncer sur ce site Devenir membre Faire un don Agriculture Aménagement du territoire Climat et atmosphère Comportements écoresponsables Conservation et aires protégées Développement durable Eau Énergie Forêts Gouvernance Matières résiduelles et dangereuses Mines Santé Transport