Recherche   Articles  Analyses  Calendrier    
 
 
GaïaPresse - Le portail de nouvelles sur l'environnement au Québec
AccueilLiensDevenir membreFaire un donPartenairesA propos de GaiaPresseAnnoncer sur ce siteContact
Javascript DHTML Drop Down Menu Powered by dhtml-menu-builder.com
 
 
Dossier spécial

Vous avez dit Noël éco-responsable ?

Numéro 4, lundi 17 décembre 2012


Être un citoyen et un consommateur responsable à Noël, est-ce possible? À vrai dire, cela semble difficile… Cela signifierait par exemple, à l’extrême, de ne pas offrir de cadeaux pour ne pas participer à la surconsommation de la période des fêtes de fin d’années rendue éminemment commerciale, c’est-à-dire boycotter Noël; ou de n’offrir que des cadeaux de seconde main (c’est-à-dire usagés) ou des cadeaux « faits maison ». Êtes-vous prêt à endosser le rôle de l’anticonformiste ou à ne pas faire plaisir à vos proches? Pas sûr…

Il est vrai que Noël c’est la période des cadeaux, des dépenses, de la consommation, de tous les excès aussi bien gastronomiques qu’économiques! En conséquence, l’empreinte environnementale de Noël est importante. Les fêtes de Noël ont aujourd’hui un poids économique majeur dans notre société. D’ailleurs, le Père Noël est un produit de la société de consommation. Certes, il est un personnage mythique remontant à plusieurs siècles, mais c’est la marque Coca-Cola en 1931, via le dessinateur Haddon Sundblom, qui a popularisé son image actuelle dans l’esprit imaginaire.

Combien chaque Canadien dépense-t-il en moyenne pendant Noël? D’après l’indice RBC des perspectives de consommation au Canada, en 2011 les Canadiens ont consacré en moyenne 1251 $ à leurs dépenses des fêtes pour les cadeaux et autres dépenses telles que les décorations, les divertissements ou les voyages. La part des cadeaux est la plus importante, soit 640 $. Les prévisions pour 2012 sont relativement semblables : 1182 $ pour le budget total (en baisse de 6 %) et 629 $ pour les cadeaux [1]. En ce qui concerne le Québec, le Conseil québécois du commerce de détail prévoit qu’en 2012 la dépense [2] des ménages québécois sera de 676 $, somme comparable à l’année précédente. Les cartes-cadeaux (vêtements, musique et livres) constituent un peu plus de la moitié des présents que les Québécois prévoient offrir. Aux États-Unis, les prévisions 2012 sont de 838 US $ contre 748 US $ en 2011 [3].

Mais, Noël, c’est surtout un instant de partage entre proches, un moment privilégié pour se retrouver en famille et renouer avec des traditions qui nous sont chères. Alors, pourquoi ne pas concilier plaisir et éco-responsabilité? Voici quelques conseils à prendre en considération pour un Noël plus éco-responsable.

 

Le sapin

Sapin de Noël Massimo fait à 100 % de carton recyclé (Cascades)

Ah le fameux sapin! Écologique ou non? D’après une étude d’analyse de cycle de vie indépendante réalisée en 2008 par la firme Ellipsos [4], le sapin de Noël naturel a moins d'impact sur l'environnement que le sapin artificiel : un arbre naturel génère 3,1 kg de gaz à effet de serre tandis qu'un arbre artificiel en émet 8,1 kg par année. Surprenant! La meilleure option est donc d’opter pour un sapin naturel d’origine québécoise. Encore mieux, mais rares, privilégier des sapins biologiques, cultivés sans pesticides [5] ou certifiés FSC (issus de forêts gérées durablement).

D’autres alternatives s’offrent à vous. Vous pouvez très bien fabriquer votre propre sapin « maison », en bois ou en carton recyclé, voire le remplacer par une plante d’intérieur. Plus original, privilégier des créations recyclables ou réutilisables que certaines grandes marques lancent depuis quelques années sur le marché [6]! Au Québec, depuis 2011, Cascades propose une gamme de sapins de Noël faits à 100 % de carton recyclé, les prix varient de 12 $ (modèle Picollo) à 49,50 $ (modèle Massimo) [7]. Le sapin est, entre autres, accompagné d’une bouteille de brume de sapin, composée à 90 % d'ingrédients biologiques, pour obtenir l'odeur du sapin.

Que faire de son sapin une fois les fêtes de fin d’années passées? La plupart des municipalités récupèrent au mois de janvier les arbres de Noël dépouillés de leur décoration. Ils doivent être déposés en bordure de rue. Communiquez avec votre arrondissement ou hôtel de ville pour connaitre les dates exactes des collectes. Vous pouvez aussi l’amener à un écocentre proche de chez vous. À Montréal, chaque année, plus de 20 000 arbres de Noël sont acheminés au Complexe environnemental de Saint-Michel pour être valorisés. Déchiquetés, puis réduits en copeaux, ils sont réutilisés à d’autres fins (Ex. : brise-vent autour des patinoires) et deviennent ainsi une source de valorisation énergétique [8]. Vous donnerez une seconde vie à votre sapin!

 

Les décorations

La féérie de Noël rime souvent avec lumière et décorations en tout genre. Certains d’entre nous rivalisent d’ingéniosité pour proposer des spectacles lumineux magiques dans leurs jardins ou leurs balcons. Mais attention, pensez aux répercussions environnementales! Elles sont la plupart du temps démesurées…

Environnement Canada [9] nous met en garde contre les ampoules incandescentes. Seulement 5 % de l’énergie utilisée est transformée en lumière, le reste, soit 95 %, ne produit que de la chaleur… C’est pour cela qu’Environnement Canada recommande (1) de choisir des ampoules DEL (durée de vie allongée et plus grande efficacité énergétique); (2) de s’assurer que les lumières choisies sont labellisées CSA (Association canadienne de normalisation) et/ou ULC (Laboratoires des assureurs du Canada); et (3) d’éteindre les guirlandes lumineuses la nuit ou lorsque vous quittez votre domicile (l’installation d’un minuteur est une solution intéressante).

Pour les autres décorations, oubliez les décorations traditionnelles polluantes et soyez imaginatifs. Utilisez, par exemple, des pommes de pin, des fruits séchés, des décorations en bois, des biscuits, des objets en pâte à sel ou en pain d’épice ou des sachets odorants. Vous pouvez aussi utiliser des objets présents dans votre maison comme des bijoux, des jouets ou des cocottes de sapin.

 

Les cadeaux

La partie la plus difficile… Il faut faire plaisir tout en restant éco-responsable. Ces dernières années, les tablettes électroniques, les lecteurs MP3 et les ordinateurs portables sont les produits phares de Noël. Pourtant, il faudrait éviter les produits électroniques, particulièrement dommageables pour l’environnement et à faible durée de vie. Ou alors, fiez-vous aux guides des cadeaux technologiques développés par Greenpeace et WWF (Top Ten).

Alors, quoi offrir? Comment ne pas décevoir? Privilégiez des cadeaux ayant un faible impact sur l’environnement et/ou une valeur sociale ajoutée. N’oubliez pas non plus les produits locaux fabriqués au Québec et les produits artisanaux. Surtout, évitez la multiplication des cadeaux, en particulier pour les enfants, consultez votre entourage. Voici des idées de cadeaux éco-responsables :

  • Jouets : jouets en bois certifié FSC, jouets en coton biologique ou en chanvre ou en laine biologique, jouets usagés (ex. Réno Jouets [10]). L’initiative de la marque Bioviva [11] « la nature en jeu » est à relever. Évitez les jouets en plastique;
  • Vêtements : vêtements en coton certifié Ecocert / Max Havelaar / Tranfair Canada / Demeter / Naturtextil / Global Organic Textile Standard. Voir le Guide de la mode éthique au Québec [12];
  • Produits fabriqués au Québec ;
  • Cadeaux alimentaires : Produits certifiés équitables (voir le répertoire équitable d’Equiterre [13]);
  • Produits design : voir le numéro spécial d’Ideat – 100 % Green 100 % Design (juin 2012);
  • Cadeaux dématérialisés : évènements culturels (spectacles, théâtres, cours de cuisine) ou sportifs;
  • Cadeaux faits maison;
  • Cartes cadeaux : les cartes cadeaux permettent d’éviter d’offrir des cadeaux qui ne plaisent pas. Ces dernières années, la revente des cadeaux de Noël est en pleine progression [14];
  • Un séjour écotouristique;
  • Produits certifiés EcoLogo.

Plusieurs sites Web peuvent vous aider à trouver des cadeaux originaux : Terraeco [15] propose dix idées de cadeaux responsables : les livres, les DVDs et les CDs puisqu’ils ont une longue durée de vie, les chocolats équitables, les produits cosmétiques naturels et bien d’autres; Éthiquette [16] dresse sa liste de Noël éco-responsable; le site Ecoetc.ca [17]; la liste de Recyc-Québec [18].

Et puis, il reste toujours la solution radicale et très économique, un certificat « d’exemption de cadeau ». Il s'agit d'un certificat que l'on remet à ses amis ou aux membres de sa famille pour les exempter de vous offrir des cadeaux pour Noël. On trouve ces certificats sur les sites Les Amis de la Terre et Groupe de Simplicité Volontaire de Québec.

 

Les emballages

Papier cadeau, conditionnement en plastique, ruban, carte de vœux, tous les éléments constituant l’emballage des cadeaux sont extrêmement nuisibles à notre environnement.

Environnement Canada [19] recommande d’utiliser du papier d’emballage recyclé ou des sacs cadeaux, de même que de favoriser la réutilisation de contenants (paniers, boîtes) pour emballer les cadeaux.

En 2011, Cascades a lancé un nouveau papier d'emballage fait à 100 % de fibres recyclées (un des seuls papiers d'emballage de l'industrie fabriqués au Canada). Le papier est imprimé avec des encres flexographiques à base d'eau et est recyclable. Afin de rendre le produit encore plus écologique, le papier est roulé sur lui-même, évitant ainsi l'utilisation du mandrin en carton.

Également, vous pouvez être créatifs et privilégier une présentation originale de vos cadeaux : utiliser un minimum d’emballage, des chutes de tissus, des magazines ou des revues, ou faire des collages.

 

Le repas

Finissons par le repas ou les repas de Noël! Les repas sont souvent le point central des fêtes et réunions de familles. Pourquoi ne pas penser éco-responsable au moment de les préparer? La priorisation des aliments certifiés biologiques, équitables, de provenance locale (Aliments du Québec) et de saison peut être une première action [20]. Privilégiez également les viandes blanches traditionnelles (ex. : dinde) à la viande rouge beaucoup plus nuisible à l’environnement dans sa chaine de production. N’oubliez pas qu’il existe également des vins biologiques qui sont disponibles à la SAQ. Protégez-Vous, en juin 2012, proposait justement une liste des meilleurs choix [21]. Et, pourquoi ne pas réserver dans un restaurant vert?

Alors, consommer éco-responsable à Noël, est-ce impossible? Finalement, oui. Aujourd’hui grâce à Internet et à une offre de plus en plus importante, nous avons tous en main les outils pour devenir des consommateurs de fin d’années plus éco-responsables. Alors, au travail!

 

Pour plus de conseils, voici des liens qui nous ont inspirés :

 


Les auteurs

Josiane Lévesque (candidate à la M.Sc marketing, ESG-UQÀM), assistante de recherche à l’Observatoire de la consommation responsable.

 
Fabien Durif(PhD, professeur à l’ESG-UQÀM), directeur de l’Observatoire de la consommation responsable.
 

 

 



 
 

 

 

 
 

 

 

 
 
VISA MASTERCARD DESJARDINS

 

  À propos de GaiaPresse Accueil L'actualité Analyses Dossiers spéciaux Salle de presse Opinions Calendrier Multimédias Notre boutique Liens Partenaires Contact Annoncer sur ce site Devenir membre Faire un don Agriculture Aménagement du territoire Climat et atmosphère Comportements écoresponsables Conservation et aires protégées Développement durable Eau Énergie Forêts Gouvernance Matières résiduelles et dangereuses Mines Santé Transport