La (mauvaise) gestion des ressources halieutiques en milieu marin

0

Par Harvey Mead,
Ancien commissaire au développement durable du Québec


Normal
0
0
1
1888
10764
89
21
13218
11.1287

0

21
0
0

Mots-clés : changements
climatiques, émissions de gaz à effet de serre (GES), George Monbiot, Copenhague,
GIEC, développement, Chine, énergie, automobile.

Mots-clés : effondrement des stocks, pêches, ressources halieutiques, morue, crise écologique et sociale, Indice de progrès véritable, capital naturel.

Une petite partie de la population du Québec vit en bordure de la mer et en dépend pour sa subsistance. Pour des raisons historiques associées à la disparition progressive des énormes ressources halieutiques existantes lors de l’arrivée des premiers Européens (1), le vaste territoire en cause est sans proportion avec la population qui y vit. La prise en compte du plus récent épisode de mal développement de ce territoire permet d’en faire le constat, contemporain cette fois-ci (2). L’effondrement des stocks a été désastreux pour les populations côtières qui vivaient de l’extraction de ces « ressources renouvelables » depuis quatre siècles; c’était l’aboutissement d’une longue histoire qui semble avoir des échos dans la situation mondiale actuelle.

La disparition presque complète des écosystèmes originaux du golfe a pris des siècles; aujourd’hui, les nouvelles menaces se posent en termes de décennies, voire d’années et face à des écosystèmes moins complexes. C’est peut-être surtout en ce sens que le cas de la morue représente quelque chose d’important pour une évaluation de notre progrès. À cet égard, il est important de réaliser que le présent travail ne porte que sur une seule espèce, la morue, et sur les enjeux écologiques et économiques de cette espèce. Il utilise donc l’effondrement des stocks de morue comme proxy pour une évaluation des coûts sociaux, économiques et écologiques de la dégradation d’un ensemble d’espèces résultant de la mauvaise gestion des ressources marines dans le golfe.

 

La pêche à la morue et l’Indice de progrès véritable

La pêche à la morue sert peut-être mieux que tout autre élément de l’Indice de progrès véritable (IPV) à nous confronter à une rareté planétaire en termes de ressources et de milieux pour accueillir nos déchets. Il est à craindre que les courbes de l’effondrement que nous allons présenter, suivant des prises records que les indicateurs économiques ne permettaient pas de bien interpréter, soient celles qui nous guettent plus généralement, alors que tous nos indicateurs économiques (en faisant abstraction de la récession jugée passagère des années 2007-2010) reflètent toujours l’abondance.

 

L’évaluation du coût de l’effondrement des stocks

Les coûts sociaux, environnementaux et économiques de ce désastre, qu’on serait porté à appeler « écologique » si l’on suivait la couverture médiatique, méritent donc une analyse approfondie. En effet, il s’agit d’une perte de potentiel de développement reliée à la dégradation des conditions du développement, celles du milieu marin (3). L’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture (FAO) conclut que de la fermeture complète de la pêche « a résulté essentiellement en le plus important licenciement massif de travailleurs de l’histoire canadienne » (4)

Les stocks de morue en termes de biomasse sont évalués régulièrement par le ministère des Pêches et des Océans du Canada (MPO), selon les différentes sections du golfe du Saint-Laurent où se font les pêches des provinces de l’Atlantique et du Québec. Ces stocks représentent le capital naturel permettant l’exploitation humaine; les prises chaque année représentent les flux générés par ce capital. Comme pour tout capital, il importe en principe de maintenir le capital de base et de vivre sur les intérêts générés par ce capital.

Figure 1. Carte du golfe du Saint-Laurent et les zones de pêche à la morue

Carte particlle de la région du Golfe du Saint-Laurent,
mettant un accent sur la Nouvelle-Écosse et montrant les zones de pêche établies
pour fins de statistiques par l’Organisation des pêches de l’Atlantique du Nord-ouest (NAFO)

Source : GPI Atlantic 2008 (5)

Dans le cas des ressources halieutiques du golfe du Saint-Laurent, les constats des pêcheurs, et ensuite ceux des scientifiques, ne réussissaient pas à contrer un autre indicateur critique, la valeur des prises, et donc convaincre les décideurs de l’urgence.

 

Le coût de la surexploitation des stocks de poissons de fond 

Nous présentons la situation en passant des stocks à la valeur des stocks et, finalement, à la situation décrite par leur application à la valeur des flux. Le rapport de la Table ronde nationale fait mention d’une étude commandée par la Newfoundland Inshore Fishers Association (NIFA) (6) qui souligne la faiblesse de la gestion dans la période précédant l’effondrement :

En décembre 1986, la NIFA a rendu public le rapport Keats qui concluait que les méthodes et les calculs du MOP étaient incorrects et donnaient lieu à des évaluations surestimant considérablement la taille des populations de poisson. Toutefois, en 1987 et 1988, en dépit de ces avertissements, les scientifiques du MPO ont en fait établie un TPA [allocation de prises]plus élevé…. Ce n’est qu’un 1989 que les scientifiques fédéraux se sont rendus compte qu’il y avait de sérieux écarts dans leurs évaluations (7).

 

C’était trop tard.

Le Québec a vécu une expérience similaire, où le maximum de biomasse dans les stocks est atteint en 1983 pour les stocks globaux (8). Les prises ont continué à augmenter, jusqu’à ce que « les dragueurs de Fisheries Products International (9) ne rentrent au port entièrement vides » (10). C’était la reconnaissance de l’effondrement, en 1992.

Il est frappant de constater la relation entre et les prises pendant la période et les stocks calculés selon les modèles du MPO.

 

Figure 2. La relation entre les prises réelles et les stocks calculés 1974-2007 (11)

Des prises de l’ordre de 6 % ont pu continuer pendant 15 ans de façon plutôt stable. C’est en 1992, après des prises de 9 % des stocks en 1990 et de 11 % en 1991 et 1992, que l’effondrement a eu lieu. Le prix était en augmentation constante pendant toute la période. Comme c’est souvent le cas, le prix semble refléter la rareté croissante avec les stocks en chute libre, ce qui n’est pas nécessairement une aide dans la gestion de stocks en difficulté. D’une façon quelconque, semble-t-il, les acheteurs ressentaient une rareté en dépit des assurances des responsables gouvernementaux.     

L’impact de l’effondrement des stocks était et reste cumulatif, chaque année marquant une situation où les impacts des années précédentes restent et celui de l’année en cours s’y ajoute. La Figure 8 illustre ce phénomène et montre ce que les communautés qui vivaient de la pêche connaissent depuis vingt ans, des bénéfices moindre situées entre 7 M$ et 18 M$ de moins au fil des ans. Ces pertes sont la différence entre ce qui aurait été obtenus en flux provenant de l’exploitation des stocks, si ceux-ci avaient été maintenus stables, et ce qui était exploitable dans les conditions de rupture de stocks.

 

Figure 3. Valeurs des pertes annuelles et cumulatives des prises

 

Le coût de la surexploitation des stocks de poissons de fond 

Finalement, ce sont par les diminutions des prises année après année que les pêcheurs du golfe du Saint-Laurent ont ressenti la perte de bénéfices résultant de l’effondrement des stocks. La Figure 4 montre graphiquement la relation entre les prises et la valeur de celles-ci. À partir de 1986, jusqu’en 1991, on voit le maintien de la valeur des prises (un peu diminuée) alors que les prises sont en chute libre, ce qui montre le phénomène d’un indicateur économique trompeur qui n’est pas relié aux sources mêmes de la valeur, le capital naturel. Encore une fois – pour le répéter – le PIB reflète les marchés eux-mêmes et passe donc à coté de ce qui est requis pour une gestion adéquate.

 

Figure 4.   La relation entre les prises et la valeur de ces prises@font-face {« Times New Roman »;
}@font-face {« Cambria »;
}p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 10pt; font-size: 12pt; »Times New Roman »; }table.MsoNormalTable { font-size: 10pt; »Times New Roman »; }div.Section1 { page: Section1; }

 

La grande valeur des prises, et les niveaux élevés des prises elles-mêmes, ne permettaient pas de prévoir sur ces bases un effondrement imminent des stocks et des marchés. La transition en 1987-1988 est frappante :

 

Tableau 1. La transition vers l’effondrement

  Prises Variation annuelle
dans la valeur des prises
1987 23 457 +6 288
1988 14 730 -8 727

@font-face {« Times New Roman »;
}@font-face {« Cambria »;
}p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 10pt; font-size: 12pt; »Times New Roman »; }table.MsoNormalTable { font-size: 10pt; »Times New Roman »; }div.Section1 { page: Section1; }

 

La valeur des prises atteint un sommet en 1987, avec un gain également le plus important de toute la période de presque 40 ans; en même temps ceci prépare, en 1988, la perte annuelle la plus importante de toute la période, à l’exception de 1993, et une chute des prises qui annonce la fin (12).

 

Figure 6. Les crises qui ne se voient pas (13)

 

Il y a peut-être lieu de faire un seul commentaire : la reprise limitée de la pêche en 1997 marque un élément incongru du graphique, où, après la chute dramatique des deux courbes, on voit une relance de la valeur des prises, pendant deux ou trois ans, avec une rechute à zéro très rapidement, et une autre reprise. On peut y voir une indication des pressions constantes exercées par les communautés (et les entreprises) représentant le déni face à la réalité.

 

Le calcul de l’IPV pour les ressources halieutiques

Il y a lieu de comptabiliser cette dégradation « cachée » du capital naturel qui se répercute de façon cumulative, en dépit de relances comme celles suggérées par le graphique de la Figure 6. Il faut reconnaître ce faisant que cet indicateur, fondé sur la valeur des prises, comporte la faiblesse des marchés eux-mêmes et leur établissement de valeurs.

Le Tableau 2 fournit les chiffres pour cet exercice de calcul des coûts de la perte de la morue, soit les informations sur les pertes annuelles et sur le cumul de ces pertes, à partir de 1983, la deuxième année du déclin, prenant ainsi les données de 1982 comme point de repère. Le Tableau représente donc une façon d’estimer la non prise en compte des signaux de problème en attribuant les pertes en fonction de ce sommet de 1982 mais atteint sur les marchés en 1987.

 

Tableau 2. Les pertes annuelles et cumulatives 1983-2007 en ’000$ 2002@font-face {« Times New Roman »;
}@font-face {« Cambria »;
}p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 10pt; font-size: 12pt; »Times New Roman »; }table.MsoNormalTable { font-size: 10pt; »Times New Roman »; }div.Section1 { page: Section1; }

@font-face {« Times New Roman »;
}@font-face {« Cambria »;
}p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 10pt; font-size: 12pt; »Times New Roman »; }table.MsoNormalTable { font-size: 10pt; »Times New Roman »; }div.Section1 { page: Section1; }

 
Perte annuelle*

Pertes cumulatives**

Soustraction IPV***
1980
-1,010
0,000
1,010
1981
-3,290
0,000
4,300
1982
0,328
0,328
4,628
1983
0,506
0,834
5,134
1984
-0,145
0,834
5,280
1985
-2,519
0,834
7,799
1986
0,012
0,846
7,810
1987
-5,191
0,846
13,001
1988
6,091
6,936
19,092
1989
-0,204
6,936
19,296
1990
0,625
7,561
19,920
1991
-1,830
7,561
21,750
1992
1,064
8,625
22,814
1993
8,394
17,019
31,208
1994
2,660
19,679
33,868
1995
-0,233
19,679
34,102
1996
0,065
19,744
34,167
1997
-0,886
19,744
35,053
1998
-0,280
19,744
35,333
1999
-3,382
19,744
38,714
2000
0,171
19,916
38,886
2001
-0,133
19,916
39,019
2002
1,617
21,532
40,636
2003
3,142
24,674
43,778
2004
-1,839
24,674
45,617
2005
-0,253
24,674
45,870
2006
-0,782
24,674
46,652
2007
-0,364
24,674
47,016


*
Pour les années où il y a une valeur négative dans la colonne des pertes,

c’est-à-dire une augmentation dans la valeur des prises, nous soustrayons le montant
pour « corriger » le fait que les indicateurs économiques normaux ne voyaient pas
qu’il s’agissait véritablement d’une perte de stock.

** Nous donnons une valeur négative à la perte de services qui découle de la dégradation des stocks.

*** Colonne 2 + Colonne 1 pour les années de valeur négative de cette dernière,
finalement le cumul des montants de la Colonne 1 avec les valeurs négatives transformées en valeurs positives.

 

Ce qu’il faut en retenir…

L’effondrement des stocks de morue dans le golfe du Saint-Laurent constitue un événement marquant dans l’histoire des liens entre notre économie et ses bases écologiques. Les indicateurs économiques ne permettaient pas de voir la catastrophe imminente, même si les praticiens des lieux – les pêcheurs – savaient très bien que tout n’allait pas bien dans la demeure. Les indicateurs économiques, et la dépendance des communautés de la ressource qu’elles voulaient permanente et « durable », ont fait en sorte que les signaux informels n’ont pas été reconnus. Le reste est de l’histoire.

Nous avons essayé de faire de l’analyse de cette catastrophe écologique et sociale (14) – qui se chiffre seulement dans les quelques dizaines de millions de dollars – un signal de la situation globale actuelle. L’ensemble des courbes représentant les différents aspects du phénomène sont tellement graphiques, montrent de façon tellement frappante ce que c’est qu’un pic, un sommet, une abysse, qu’il peut servir à résumer un autre ensemble, celui des nombreuses crises qui sévissent actuellement – qui se chiffrent dans les milliards, voire dans les billions en termes de pertes.

Tout comme dans le cas de la morue et des autres poissons du fond, les « tendances lourdes » indiquées par le PIB quant au caractère permanente de la croissance qui se maintient depuis 65 ans ne fournissent pas une indication adéquate de notre situation. Les nombreuses soustractions apportées par l’IPV aux données économiques standard cherchent à fournir des pistes pour une meilleure prise en compte des crises via une monétarisation des externalités négatives qu’elles représentent.

C’est à nous à agir, à reconnaître la faiblesse de notre indicateur de progrès.

Figure 7. Les secteurs maritimes du Québec

 

@font-face {« Times New Roman »;
}@font-face {« Cambria »;
}p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 10pt; font-size: 12pt; »Times New Roman »; }table.MsoNormalTable { font-size: 10pt; »Times New Roman »; }div.Section1 { page: Section1


Par Harvey Mead,
Ancien commissaire au développement durable du Québec

Harvey Mead, titulaire d’un doctorat en philosophie des sciences et expert reconnu en environnement et développement, est le fondateur de Nature Québec, organisme qu’il a présidé presque continuellement de 1981 à 2006. De janvier 2007 à janvier 2009, Harvey Mead a agi à titre de Commissaire au développement durable au Bureau du vérificateur général du Québec.

 

 


Sources :

(1) Voir Farley Mowat, Sea of Slaughter, Key Porter, Toronto (1984), pour une présentation assez vulgarisée de cette histoire.

(2) Voir, pour un portrait très pertinent, même s’il décrit l’expérience à Terre-Neuve et Labrador, Rapport du Partenariat visant le développement durable des villages côtiers et des écosystèmes marins de Terre-Neuve et du Labrador, Table ronde nationale sur l’environnement et l’économie (1995) – http://www.nrtee-trnee.com/fra/publications/publications-date.php

(3) Suivant l’analyse de la Table ronde nationale sur l’environnement et l’économie, nous sommes portés à croire que la pêche hauturière, avec des bateaux de plus en plus gros et nombreux, draguant de façon irresponsable les fonds marins, dont les lieux de fraie, et possédant des quotas de pêche tout aussi irresponsables, représente la source première de l’effondrement.

(4) [En ligne] nos italiques.

(5) GPI Atlantic, A. Charles, C. Burbidge, H. Boyd and A. Lavers. 2009. Fisheries and the Marine Environment in Nova Scotia: Searching for Sustainability and Resilience. GPI Atlantic. Halifax, Nova Scotia. Web: http://www.gpiatlantic.org/pdf/fisheries/fisheries_2008.pdf , p.14

(6) Pour une analyse de ce travail dans son contexte plus global, voir http://www.gov.nf.ca/publicat/royalcomm/research/Rose.pdf

(7) Table ronde nationale, op.cit., pp.9-10

(8) Les données viennent des modèles d’ADAPT, du MPO, à http://www.mar.dfo-mpo.gc.ca/science/adapt/adapt-f.html

(9) Pour son site, voir http://www.fisheryproducts.com/

(10) Table ronde nationale, op.cit., p.10

(11) Source comm. pers. François Bilodeau, MPO, pour les prises.

(12) Les données pour ceci, comme pour tous les aspects de cette analyse, se trouve dans le document de base, dont le lien se trouve à la fin de cet article.

(13) Le graphique servira de frontispice pour ce livre, témoin à nos yeux d’une situation aujourd’hui où de nombreuses crises sont perçues de la même manière que celle de la morue, juste avant l’effondrement.

(14) Le texte préliminaire complet de l’éventuel chapitre du livre sur l’Indice de progrès véritable peut se lire sur le site de Nature Québec.

Partager.

Répondre