Rapport de la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec – « Une vision à long terme doit prôner »

0
Photo de André Cotte – Flickr

À la suite de la publication par le quotidien Le Devoir du rapport de la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec, l'Association canadienne de l'énergie éolienne (CanWEA) souhaite remettre en contexte certaines observations soulignées dans le rapport et souligner la vision des différents gouvernements qui se sont succédé depuis 2003, contribuant ainsi au développement de la filière éolienne et à la création de richesse en sol québécois. Maintenant que le rapport de la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec est public, CanWEA demande au gouvernement de réaffirmer sa position de visionnaire face au développement énergétique du Québec et au futur de l'industrie éolienne.

En effet, au lieu de se baser sur des perspectives à court terme, les derniers gouvernements ont décidé d'agir en visionnaires et d'aller de l'avant avec des appels d'offres permettant le développement de notre industrie. Cette approche ne date pas d'hier, tout en étant profondément liée au développement énergétique du Québec : si le Québec n'avait pas été précurseur en matière de développement énergétique dès les années 1970, malgré les surplus ponctuels de l'époque, nous n'aurions jamais vu naître les projets tels les complexes La Grande et Manic. Ces projets énergétiques d'envergure ont permis au Québec de se développer économiquement et de miser sur des avantages comparatifs notables face à d'autres marchés où différentes entreprises étaient et sont toujours susceptibles de s'installer.

L'Association canadienne de l'énergie éolienne comprend que ce rapport de la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec constitue une base de réflexion, voire des recommandations des coprésidents, et ne représente en rien la position du gouvernement du Québec. Néanmoins, ce qui ressort depuis quelques jours élude le fait indéniable que le développement énergétique du Québec agit comme catalyseur de son développement économique, en régions et à Montréal. À ce sujet, le rapport de la Commission note justement la forte popularité de l'éolien parmi les mémoires reçus, alors que 56 d'entre eux recommandent de poursuivre le développement de cette filière.

En ce qui concerne précisément la filière éolienne, elle représente 150 entreprises constituant une chaîne d'approvisionnement intégrée, en plus de générer 5000 emplois à temps plein chez les promoteurs, constructeurs et fournisseurs. La contribution au PIB du Québec de notre industrie est en moyenne de 473 millions de dollars annuellement alors que sa contribution fiscale est d'environ 75,4 millions de dollars. D'ici 2015, ce sont approximativement 10 milliards de dollars qui auront été investis au Québec en lien avec le développement de l'énergie éolienne. Rappelons-le, l'éolien mis en service au Québec en 2014 est compétitif au plan des coûts avec toute nouvelle production d'énergie mise en service au Québec en 2014.

Ainsi, l'industrie éolienne contribue au développement économique du Québec, crée une expertise d'avant-garde, attire des investissements et produit une énergie propre, fiable et abordable à l'avantage de tous les consommateurs québécois d'électricité.

 

Source: Association canadienne de l'énergie éolienne

Partager.

Répondre